Article

Célébrer un jour férié non musulman ?!!

“Celui qui imite un peuple est l’un d’eux.”

Vous êtes-vous déjà posé la question de la célébration ou de la participation à des fêtes, festivals et célébrations non musulmanes ? Quelle est la décision islamique à ce sujet ? Est-elle permise, n’est-elle pas aimée, est-elle inadmissible ? Y a-t-il une divergence d’opinion à ce sujet ? Insha’Allah, dans ce court article, j’espère qu’on répondra clairement à toutes ces questions (et aux questions connexes).

1. Haraam d’Ittifaaq (consensus des érudits), comme Ibn al-Qayyim l’a dit dans Ahkaam Ahl adh-Dhimmah, saluer le Kuffaar à Noël et pendant d’autres fêtes similaires :

Féliciter les Kuffaar pour les rituels qui leur appartiennent est interdit par consensus, de même que les féliciter pour leurs fêtes en leur disant’Une fête heureuse à vous’ ou’Puissiez-vous profiter de votre fête’, et ainsi de suite…”.

2. Il est interdit à un musulman d’accepter des invitations à de telles occasions, car c’est pire que de les féliciter, car cela implique de participer à leurs célébrations.

3. De même, il est interdit aux musulmans d’imiter le Kuffaar en organisant des fêtes en de telles occasions, ou en échangeant des cadeaux, ou en distribuant des sucreries ou de la nourriture, ou en prenant congé du travail, etc. parce que le prophète Mohammed (saw) a dit :

مَنْ تَشَبٍَّهَومَ بِقَومٍ فَهُوَ مِنْهُمْ

“Celui qui imite un peuple est l’un d’eux.”

Ce hadith a été authentifié par un grand nombre d’érudits dont Abu Dawood, Ibn Hibbaan, Ibn Hajar, Az-Zarqaani, Adh-Dhahabi, Al-Haythami, Al-‘Iraaqi, As-Sakhaawi, As-San’aani, Muhammad Jaarullaah As-Sa’di, Ahmad Shaakir, Ibn Baaz, Al-Albaani, Ibn `Uthaymeen, et autres.

Ibn Taymiyyyah, dans son beau et monumental livre Iqtidaa’ ass-Siraat al-Mustaqeem Mukhaalafatu Mukhaalafatu Ashaab’il-Jaheem (En quête du droit chemin en étant en contradiction avec les gens de l’enfer ), dit :

“Les imiter dans certains de leurs festivals implique qu’on est satisfait de leurs fausses croyances et pratiques, et leur donne l’espoir qu’ils puissent avoir l’occasion d’induire en erreur les faibles.

Par conséquent, quiconque fait quelque chose de ce genre est un pécheur, même s’il le fait par politesse, par amitié, par timidité ou pour toute autre raison, car c’est de l’hypocrisie dans l’Islam et cela rend les Kuffaar fiers de leurs manières et de leurs fêtes.”

Veuillez également prendre note de ce qui suit :

1. Rappelez-vous le hadith de’Aa’ishah (ra) à Sahih al-Bukhari et Muslim où elle a raconté que le jour de l’Aïd, deux jeunes filles faisaient une performance spéciale pour elle (chantant quelques chansons). Quand Abou Bakr (ra) vint rendre visite au Prophète (saw) et trouva ces filles avec’Aa’ishah (ra), il les réprimanda sévèrement. Alors le Prophète (saw) (qui avait été face au mur), dit :

يَا أَبَا بَكَا إنَْر, إنَّ لِكُلِّ قَومٍ عِيدًا, وهَذُن عِيْدَايَاَا

Abou Bakr, (saches que)chaque groupe de personnes a son Eid (fête). Et voici notre Aïd.”

L’Aïd est le nom donné à quelque chose qui revient (Ya’ood), et est utilisé pour décrire des rassemblements qui se répètent régulièrement. Par conséquent, le Prophète (saw) a clairement déclaré que l’Aïd du peuple de l’Islam est l’Aïd (célébration) après Ramadaan et Aïd à la fin de la saison du Hadj. De plus, le vendredi est également considéré comme une fête de l’Aïd pour les musulmans, car c’est un rassemblement hebdomadaire et le meilleur jour de la semaine.

2. Le Prophète (saw) a aussi explicitement exprimé son désir de contredire les manières, les célébrations et les festivités des non-musulmans. Dans ce hadith qui a une bonne chaîne de narration, comme l’a dit Abu Bakr Al-Athram (ra), Umm Salamah Hind Bint Abi Umayyah (ra) le dit,

أن النبي صلى صلى الله عيدان عليه وسلم كان كان يصوم السبت والأحد ، ويقول : هما عيدان عيدان للمشركين فأنا فأنا أحب أن أخالفهما

Le Prophète (saw) jeûnait le samedi et le dimanche, et il disait :

“Ce sont deux jours de l’Aïd pour les Mushrikoon. J’aime donc m’opposer à eux (les contredire, les différencier d’eux) dans ces deux-là.”

Ainsi, pour les païens, le samedi et le dimanche étaient un jour férié spécial pour eux, un Eid. Ces jours-là, ils faisaient la fête, faisaient la fête, faisaient la fête, se détendaient, s’amusaient, dansaient et chantaient. Et en soi, il n’y a rien de mal à se détendre le samedi de notre dimanche, mais le simple fait que les païens avaient l’habitude de le faire, était une raison suffisante pour que notre bien-aimé Prophète (saw) diffère de leur pratique et ne les imite pas en ces jours-ci (pour montrer son indifférence et son mépris pour leur Eid).

Donc, juste pour différer d’eux, pour montrer que nous sommes différents, pour indiquer qu’il ne participe d’aucune façon à leur Eid, il jeûnait le samedi et le dimanche. C’est comme pour envoyer un message clair : “Je ne participe pas à l’Eid des non-musulmans. Je veux être différent d’eux. J’aime me distinguer de leur pratique (de détente, de plaisir, de fête) pendant ces deux jours.” Ainsi, même s’il est permis de se détendre les samedis et dimanches, il a décidé de s’épuiser et de jeûner ces deux jours-là dans ce but précis.

Imaginez ce qu’aurait dit le Prophète (saw) en voyant les musulmans saluer et féliciter chaleureusement les Kuffaar pour leurs Eids ?

Et s’il avait vu sa Oummah avoir des arbres et des lumières de Noël, imitant les Kuffaar et faisant de ces Eids des incrédules une partie de leur vie ?

Pleinement indulgents, oubliant les contradictions et essayant de s’en démarquer, les musulmans n’esquivent même pas leurs pratiques, mais participent plutôt pleinement à leurs traditions ! Les ” suiveurs ” de Muhammad comme ils le prétendent, mais nous les voyons échanger des cartes et des cadeaux de Noël avec les Kuffaar et faire des dindes de Thanksgiving. En plus de tout cela, ils permettent même à leurs enfants d’aller participer avec les Kuffaar à des activités de bonbons ou de gourmandises et à des activités liées à Halloween.

مَنْ تَشَبٍَّهَومَ بِقَومٍ فَهُوَ مِنْهُمْ

“Celui qui imite un peuple est l’un d’eux.”

Ainsi, les mots prophétiques ci-dessus ne s’appliquent pas seulement, comme certaines personnes ignorantes le comprennent mal, à des choses communes normales, comme porter un T-shirt, ou une cravate, ou des baskets, ou conduire une BMW ou Mercedes-Benz SLR. Il se réfère plutôt à des choses qui sont spécifiques aux non-musulmans et qui sont bien connues pour être largement pratiquées par les Kuffaars. Pour des’Eids’ comme Halloween, Noël, Thanksgiving, Pâques, il n’y a aucun doute que de tels Eids tombent dans cette signification.

3. Ibn al-Qayyim a dit dans son livre, Ahkaam Ahl adh-Dhimmah,

“Il n’est pas permis aux musulmans d’assister aux fêtes des incrédules, selon le consensus des savants dont les paroles ont du poids”.

Les “Fuqahaa”, qui suit les quatre écoles de pensée, l’a dit clairement dans ses livres. Al-Bayhaqi raconté avec une authentique isnaade de’Umar ibn al-Khattaab (ra) qu’il a dit :

“N’entrez pas chez les infidèles le jour de leur fête, car la colère divine descend sur eux.”

Et’Umar (ra) a également dit :

“Évitez les ennemis d’Allah dans leurs fêtes.”

Al-Bayhaqi a raconté avec une isnaad acceptable de’Abdullaah ibn’Amr (ra) qu’il a dit :

“Quiconque s’installe au pays des non-Arabes et célèbre leur nouvelle année et leur fête et les imite jusqu’à ce qu’il meure dans cet état, sera réuni avec eux le jour de la Résurrection.”

Donc oui, très certainement, comme nous l’a dit le Prophète (saw), tel que rapporté dans Saheeh Al-Bukhari :

المرء مع مع مع من من أحب

“Une personne sera avec celui qu’elle a aimé (le jour de la Résurrection).”

Tu seras avec celui que tu as aimé. “L’amour” n’est pas seulement dire : “J’aime Allah, j’aime Islaam, j’aime le prophète Mohammed (saw). L’amour, ce n’est pas parler. Parler, c’est pas cher ! L’amour, c’est s’efforcer d’imiter, d’être semblable et de suivre les pratiques de quelqu’un ou de quelque chose.

Maintenant, posez-vous la question suivante : Imitez-vous davantage le Prophète (saw) dans votre vie, ou abandonnez-vous sa Sunnah ? Oubliez si c’est obligatoire ou recommandé. Ce n’est pas une question de Fiqh. C’est une question de : Aimez-vous vraiment le prophète Mohammed(saw)au point de vous efforcer de l’imiter dans tous les aspects de votre vie ? Ou imitez-vous davantage les Kuffaar dans votre vie ? Imitez-vous leurs traditions plus que celles de votre Prophète (saw) ? Parmi qui voulez-vous être ressusciter ? Vous serez avec ceux que vous aimez.

Laisser un commentaire