Article

Ibn Taymiyyyah sur la célébration des festivals non musicaux….

Ibn Taymiyyyah (rahimahUllah) mentionne :

“La Shari’ah stipule que les musulmans ne doivent rien faire de particulier dans les fêtes religieuses des non-croyants, ce qu’ils ne font pas normalement les autres jours. Ils devraient plutôt traiter ces jours-ci comme n’importe quel autre jour ordinaire. Le Prophète (saw) avait interdit à ses compagnons de faire du sport et de s’amuser pendant deux jours particuliers où les Arabes préislamiques faisaient du sport.

De même, il leur interdit de sacrifier leurs animaux là où les polythéistes avaient l’habitude de célébrer leurs fêtes.”

Il dit :

“Les incroyants célèbrent en grande pompe et organisent une fête le 25 décembre, croyant que c’est le jour de la naissance du prophète Jésus (as). Les rituels associés aux chrétiens, par exemple, allumer le feu, préparer des plats sucrés, etc. sont indésirables. C’est un article de foi avec les chrétiens que c’est un jour saint. Ce point de vue n’a aucun fondement dans l’Islam. Cette fête n’est pas rapportée à l’époque de nos pieux prédécesseurs. Par la suite, les musulmans semblent l’avoir emprunté aux chrétiens….

C’est une croyance chrétienne et il est interdit aux musulmans de la recevoir.”

Il ajoute :

“Il est interdit aux musulmans de participer à ces fêtes religieuses du peuple du livre et d’autres non-croyants pour deux raisons :

Premièrement : il représente une ressemblance avec les incroyants.

Deuxièmement : il s’agit d’actes d’innovation.

Tous les festivals et les foires de ce genre qui sont en vogue grâce à l’innovation doivent être traités de la même manière, qu’ils ressemblent ou non à la pratique des incrédules.”

Tiré de “Mukhtasar Iqtidhaa’ As-Siraat Al-Mustaqeem” par Ibn Taymiyyyah, p. 17-18].

Laisser un commentaire